Les cartes des émotions

Publier le par 0 comment

Bonjour !
Je crois qu’il est grand temps de vous parler des cartes des émotions que j’ai créées. Tu les connais peut-être déjà, puisque cela fait plus de deux ans qu’elles accompagnent de nombreux enfants dans leurs émotions. Elles sont aujourd’hui en cours de réédition et en précommande sur Ulule, avec de nombreux avantages. C’est par ici : https://fr.ulule.com/les-emotions-bougribouillons/

Cartes des émotions de Bougribouillons
maman et son enfant avec les cartes des émotions de Bougribouillons

Bien plus qu’un jeu de cartes

Les émotions, de Bougribouillons, c’est un outil pour s’ouvrir, se comprendre et développer son empathie. La boîte contient 42 cartes, dont 2 explicatives, 20 émotions, 20 personnages aux cheveux courts et 20 personnages aux cheveux longs.

Chaque émotions est donc représentée en deux versions. Attention ! Il ne s’agit pas forcément de garçon où de filles ! Cela peut permettre d’ouvrir la discussion sur les stéréotype de genre.

Cartes de la colère Bougribouillons

À ce jour, 3000 jeux ont rejoint des familles, des crèches ou des pros pour accompagner les enfants, et parfois les adultes, par le jeu, le mime, la création ou l’identification. Les retours ont été nombreux, enthousiastes et souvent pleins de gratitude pour cet outil qui ouvrait des portes, non seulement pour les enfants, mais aussi, bien souvent, pour les adultes qui les accompagnaient.

« J’accompagne souvent des enfants autistes pour qui le visuel est prépondérant : avec ces cartes, ils se sentent à l’aise et on envie de continuer le jeu… sans s’arrêter ! »

Christelle Marlot, relaxologue spécialisée en gestion émotionnelle et neuroatypie (@ateliersdezebrus)

« J’aime bien associer les cartes des émotions à des mimes ou des anecdotes. Par exemple, on pioche une carte et on raconte ce qui a pu déclencher cette émotion chez nous un jour, ou encore, on essaye de faire deviner l’émotion en la mimant. »

Nadège Pétrel, maman de 2 enfants, infirmière puéricultrice, formatrice et conférencière (@unamouraunaturel)
Jouer avec les émotions à 18 mois, cartes bougribouillons

Des cartes inclusives, avec des personnages humains, adaptées dès le plus jeune âge.

Nous conseillons les cartes des émotions à partir de deux ans, mais beaucoup de familles nous rapportent des expériences positives avec des enfants plus jeunes.

« Je me souviens d’un moment où les cartes nous ont beaucoup aidées. Nous étions dans une ambiance très calme à la maison, sans un bruit, quand la sonnette a retenti. Je vois la réaction de ma fille de 18 mois et je lui dis « oh tu as été surprise ? » elle me dit « non » de la tête et elle court chercher les cartes, toute tremblante, et me donne la carte « peur » ! J’ai tellement été reconnaissante d’avoir ces cartes. »

Leslie Gaudillier, magnétiseuse et mère de 2 enfants. (@leslie.gaudillier)
3 cartes tirées du jeu de cartes des émotions de Bougribouillons
Mémory des émotions, jeu de mime des émotions

Indépendamment de l’âge, ce jeu offre une multitude d’utilisations possibles qui s’adaptent à la situation, à l’enfant, à sa sensibilité ou à son besoin. Mistigri, mémory, jeux de mimes, il y a autant de façons de jouer que de personnes. Laissées à disposition de l’enfant, ces cartes lui permettront d’exprimer ce qu’il·elle ne peut encore faire verbalement.

Un jeu qui évolue au fil des besoins, avec l’enfant !

Boite de jeu des cartes des émotions Bougribouillons

Retrouvez les cartes accompagnées d’autres outils sur les émotions sur la campagne Ulules, avec des avantages exceptionnels jusqu’au 8 juillet seulement ! https://fr.ulule.com/les-emotions-bougribouillons/

Les cartes des émotions, réédition !

Publier le par 0 comment
Cartes des émotions de Bougribouillons

Bonjour à toutes et à tous ! La campagne de réédition des cartes des émotions est lancée depuis hier soir ! Vous pouvez la découvrir ici : https://fr.ulule.com/les-emotions-bougribouillons/

Comme toujours, la campagne à reçu un merveilleux accueil ❤️ ce qui nous emmène déjà à plus de 80% des préventes souhaitées 🎉. Un grand merci aux nombreuses contributrices et contributeurs pour leur soutien 🙏

Premières arrivées, premières servies ! Les packs earlybird sont déjà tous partis 😮 ! Mais les packs restant laissent tout de même de beaux avantages, ouf !

Je vous reparle des cartes très bientôt dans un prochain article.
En attendant, n’hésitez pas à partager la campagne autour de vous ❤️ https://fr.ulule.com/les-emotions-bougribouillons/

______

Crédit photo : Les Nids de Bébés & Photographie

Le jeu libre #1

Ma chronique de décembre pour Les Pros de la Petite Enfance.

ATTENTION ! Mes images ne sont pas libres de droit !
Cliquez pour connaître les conditions d’utilisation de mes images.
Ce récit illustré est disponible en format affiche sur ma boutique.

Le jeu libre #1- chronique Bougribouillons

Ce mois-ci, c’est du jeu libre dont j’ai envie de vous parler. Ce thème sera abordé en deux parties. Dans cette première partie, je parle les bienfaits du jeu libre dans le développement de l’enfant. J’aborderai ensuite la question de comment mettre en place un environnement propice à ces moments-là. 

Le jeu libre est fondamental au développement de l’enfant, c’est pourquoi c’est quelque chose de naturel qui n’a pas besoin d’être pensé, dirigé ou initié par l’adulte. Le jeu libre s’inscrit dans la même continuité que la motricité libre, la diversification menée par l’enfant ou les apprentissages autonomes. C’est faire confiance en la nature de l’enfant pour savoir ce qui est bon pour lui et pour son développement singulier et harmonieux. Par le jeu libre, l’enfant se connecte à ses besoins, à ce qui l’anime. Il apprend à se connaître lui-même et par extension, à mieux comprendre les autres.

Et l’adulte dans tout ça ? 

Le rôle de l’adulte est important. De l’extérieur, pour un œil non averti, il·elle peut sembler ne rien faire. Pourtant, pendant un moment de jeu libre, l’adulte observe, propose un environnement riche (par exemple des objets du quotidien pour inviter au jeu heuristique, un lieu dans la nature, des jouets ouverts…) et reste disponible (portage psychique). 

Le plus difficile, je pense, étant de ne pas intervenir. Un simple « bravo ! » sorti spontanément, avec toutes les bonnes intentions du monde, au petit Mohamed (qui pour la première fois a réussi à enfiler l’anneau en bois sur la tige) peut alors détourner son attention de ce qu’il ressent, de cette motivation intrinsèque, moteur de la confiance en lui et en ses capacités, en réduisant en quelques secondes son plaisir intérieur à néant. En revanche, si ce même enfant vous regarde avec la banane et l’envie irrésistible de partager son plaisir avec vous, ne vous gênez pas pour sauter de joie avec lui 😊

Parfois, nous avons tendance à penser que si l’enfant ne rapporte pas une création à la fin de sa journée de crèche, ou n’a pas fait d’activité dirigée, il·elle n’aura « rien fait » de sa journée. Pourtant, le jeu libre aura été bien plus riche pour son développement.

Lorsque l’enfant grandit, le rôle de l’adulte évolue, et ce n’est plus dans l’observation qu’il trouve sa place mais plutôt dans sa capacité à se faire discret voir à disparaître, tout en travaillant sur son lâcher-prise. Je vous conseille alors l’excellente conférence de Bruno Durant au sujet du jeu libre et de l’importance de la prise de risque :

Et concernant les plus jeunes enfants, voici quelques liens pour aller plus loin, source de mon travail sur cette chronique :

Un cadeau pour l’enfant

Publier le par 5 commentaires

Ma chronique de mai pour Les Pros de la Petite Enfance.

ATTENTION ! Mes images ne sont pas libres de droit !
Cliquez pour connaître les conditions d’utilisation de mes images.
Ce récit illustré est disponible en format affiches sur ma boutique

Un cadeau pour l'enfant - chronique Bougribouillons

Pour accompagner cette chronique :

Depuis quelques temps, lorsque je vois le comportement de mon ainé avec les plus petits, à l’écoute, verbalisant leurs émotions, je me dis que l’éducation que nous avons choisi et les formidables exemples de nos proches contribuent grandement à lui donner des bases solides sur comment le tout-petit peut être accompagné, au plus proche de ses capacités et de ses besoins.
Plus tard, lorsqu’il aura ou sera au contact d’enfants, il fera certainement un pas, comme je l’ai fait et comme mes parents l’ont fait, mais je sais que l’écoute et l’accompagnement des émotions sera pour lui bien plus facile que ça ne l’est été pour moi.
Bon, il faut aussi avouer qu’il est en formation continue, car chaque jour ou presque, il me demande de lui lire mon travail 😅.

Chaque pas que nous faisons sont autant de pas que nos enfants n’auront pas à faire plus tard. C’est un beau cadeau que nous leur offrons, alors, plutôt que de regarder ce que nous n’arrivons pas encore à leur offrir, soyons fier·ère·s de ce que nous leur offrons maintenant et du grand pas que nous faisons ❤️